Saison 2018/2019

DU 20 AU 25 NOVEMBRE / Création de texte

Du mardi au samedi à 20h30 / Dimanche à 17h / Relâche le jeudi

Durée 1h15
 
 

DR

 

Dramaturgie
Collaboration artistique
Mohamed Rouabhi

Avec
Julie Clot
Nessim Kahloul
Nassim Kouti

Participation In Vidéo
Adama Diop
Elissa Alloula

Scénographie
Camille Duchemin

Vidéo
Benoit Lahoz

Lumière
Rémi Nicolas

Son et Musique
Nassim Kouti

Alexandra Badea est
représentée par L’Arche Editeur

 
En coréalisation avec Le Colombier, Le Collectif El Ghemza présente
 
CEUX QUI BRÛLENT
Adapté de Mondes de Alexandra Badea
Mise en scène Azzedine Hakka
 
 

Synopsis

Tout part d'une image d'actualité.
Une femme la regarde. Elle essaie de comprendre pourquoi elle la regarde.
Une femme qui est partie loin pour s'extraire du bruit de son monde. Une femme isolée dans un pays lointain qui regarde de temps en temps ce quis e passe dans le pays qu'elle a quitté. Une femme qui découvre en bas de la photo sur le crédit un nom familier. Le nom de l'homme qu'elle a aimé. Elle décide alors de lui écrire après des années de séparation. Elle veut surtout comprendre pourquoi il a pris cette photo. Une correspondance s'articule entre ces deux êtres. Comment avaler la cruauté du monde et surtout comment la transmettre ? comment réagir à la violence médiatique ? Comment résister, où trouver l'amour et la force de l'imaginaire pour inventer des espaces d'évasion du réel ?

 

Note d'auteur/ Alexandra Badea

J'écris toujours à partir du concret, du réel, de ce qui me fait violence dans le monde contemporain, dans le discours public. Je cherche les endroits où le politique interfère dans l'intime. Dans le contexte d'aujourd'hui où le temps de monter une production se prolonge, je m'interroge sur la possibilité des auteurs de parler en synchronisation immédiate avec l'actualité. J'écris en résonance avec ce qui se passe dans le monde. J'écris sur les sujets qui m'agressent. J'écris pour transcender le réel, pour créer des micro-fictions qui pourraient constituer des espaces de résistance. J'écris ici et maintenant. Comment avaler la cruauté du monde et surtout comment la transmettre ? Comment réagir à la violence médiatique ? Comment intégrer le public dans le dispositif de l'écriture ? Comment prendre la place de l'acteur tout en restant à l'endroit de l'écrit ? Ces questions m'ont emmenée à créer une forme performative. Une écriture qui prend appui sur les images qui circulent sur internet au moment des faits pour créer une fiction poétique, pour transcender le réel immédiat. En prise avec l'actualité, en réaction au bruit du monde.

 

Note de mise en scène/ Azzedine Hakka

Durant l'année 2015, parallèlement à mon travail de recherche en drama-thérapie avec des jeunes victimes du terrorisme dans le monde, j'avais le projet d'écrire une pièce sociale autour des effets de la mondialisation, du terrorisme, des médias et de la finance et à la fin de l'été 2015, j'ai découvert « Mondes » d'Alexandra BADEA, sur France Culture. Les enjeux étaient clairs : deux personnes séparées par la vie correspondent et débattent des causes de leur séparation, des effets néfastes des frontières, de leur étouffement, de la situation actuelle du monde vécue à travers deux coins différents du globe.