Saison 2011/2012

DU 22 AU 26 MAI 2012 À 19H

 

© Pierre Grosbois

Avec
Paola Córdova-Verdet, Manuel Ulloa-Colonia
 
Lumière Juliette Labbaye
Son Olivier Thillou
Vidéo Vincent Prentout, Stéphanie Lefèvre
Costumes Virginia Alba
 

LA CIE LE MIROIR QUI FUME

Le repérage et le questionnement des écritures contemporaines, la diffusion en France d’un nouveau répertoire théâtral mexicain à travers ses créations et ses propres éditions, ainsi que l’introduction au Mexique des auteurs vivants français sont les principales lignes directrices de la compagnie Le Miroir qui fume.

 

ÉVÉNEMENTS / En Entrée libre

SAMEDI 26 MAI À 17H

Le Théâtre mexicain contemporain

Le Miroir qui fume vous propose un après-midi pour découvrir son catalogue consacré au théâtre mexicain : un vol d'oiseau de la dramaturgie de ce pays à partir du commentaire des 16 pièces de 14 auteurs différents publiés par les Éditions Le Miroir qui fume au cours des sept dernières années. En présence de l'éditeur, Manuel Ulloa-Colonia et de l'équipe du spectacle.

En coréalisation avec Le Colombier, la Cie Le Miroir qui fume présente


BÊTES, CHIENNES ET AUTRES CRÉATURES
De Luis E. Gutiérrez Ortíz Monasterio (LEGOM)
Editions Le Miroir qui fume
Traduction française de Christella Vasserot
 
Metteur en scène, Scénographe Giovanni Ortega
 

SYNOPSIS

Un homme-bête, une femme-chienne et un fils-créature habitent cette histoire d’amour qui a lieu dans un espace d’intimité et de combat à la fois : le lit comme ring de boxe. L’auteur nous présente sa version de l’amour chez un couple privé de tout, la dénonciation d’une société en pleine déchéance, misérable, malade, où des millions de laissés-pour-compte tentent péniblement de rester en leur sein. Le résultat de ce processus de dégradation, c’est souvent la destruction de l’autre.
Un texte fascinant, où l'on s'immerge peu à peu, par le dialogue, dans ce que le tragique a de plus banal, ou dans ce que le quotidien a de plus tragique.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Né à Guadalajara, Jalisco (Mexique) en 1968, Luis Enrique Gutiérrez Ortíz Monasterio commence par écrire des nouvelles et de la poésie avant d'aborder le théâtre. Il a reçu trois prix nationaux et le prix ibéro américain de dramaturgie José Peón Contreras pour son oeuvre théâtrale. Il a enseigné la théorie dramatique à la Société Générale des Écrivains du Mexique. Ses pièces les plus montées sont Los Restos de la nectarina, Diatriba rústica para faraones muertos, Si una noche o algo así et Las Chicas del 3.5 floppies. Ce dernier texte a été créé au Festival d'Édimbourg en 2005, dans une traduction de Marc Ravenhill. Bêtes, chiennes et autres créatures a été créée à Mexico en 2005 ; elle sera créée en France pour la première fois, au Colombier, par Le Miroir qui fume.

LA GENÈSE DU PROJET par Giovanni Ortega

Le projet de mise en scène de Bêtes, chiennes et autres créatures se situe dans la continuité de l’action de la compagnie pour diffuser en France le meilleur du théâtre mexicain contemporain. Publiée en 2005 par les Éditions Le Miroir qui fume, la pièce est construite sur trois moments qui précèdent la séparation amoureuse.
L’espace vide, en principe neutre, qu’est le théâtre, devient l’espace de la confrontation où surgissent les reflets de la vie de tous les jours. Tout peut y trouver sa place : la représentation de la lutte entre le Bien et le Mal, les rapports homme femme, la guerre et la paix. La mise en scène de Bêtes, chiennes et autres créatures vise à la construction du non-dit. Parallèlement au texte de l’auteur, nous tâchons d’élaborer une dramaturgie émotive qui se traduit en impulsions physiques.

 

Co-Production / Cie Le Miroir qui fume – Théâtre et La Bolita Cie. Coréalisation / Le Colombier (Bagnolet). Avec le soutien de l’Institut du Mexique à Paris.