Saison 2011/2012

Du 7 au 12 Février 2012

Du Mardi au Samedi à 19h / Dimanche à 17h / Relâche le Jeudi

 

© Robinson Miranda

En coréalisation avec Le Colombier, La Cie Horizontal – Vertical présente

J’AI TUÉ EMMA S.
D’après Emma Santos
Éditions des Femmes
 
Adaptation et Mise en scène / Monica Mojica
Avec / Céline Proust, Monica Mojica, Charles Derenne
Scénographie et Lumières / Sallahdyn Khatir
Création son / Charles Derenne
Assistants mise en scène / Jung Ju Kim, Juan Miguel Marin
Costumes / Sylvia Toth

L'Auteur

Emma Santos (1943-1983) est une écorchée vive, insaisissable, inclassable.

Elle est l’auteur de huit ouvrages  : La Malcastrée, J’ai tué Emma S., L’itinéraire psychiatrique, La Loméchuse, Effraction au réel, L’Illulogicienne, Écris et tais-toi, La Punition d’Arles - ainsi que de nombreux dessins.
Elle a interprété ses propres textes au théâtre dans une mise en scène de Claude Régy en 1976 dans les locaux abandonnés du théâtre de la Gaîté Lyrique. Pendant les dix ans d’écriture entre 1970 et 1980, elle a monté maintes fois la rue Saint Jacques pour se faire interner à l’hôpital Saint Anne.
Emma Santos a cultivé cette voix souvent qualifiée de « folie » en rapport à une supposée « norme ». Revendiquant le droit au délire, elle présente la folie comme un état pertinent au même titre que la norme, et dans certaines occasions comme une alternative possible aux limites de la raison.
Elle parle de l’impuissance face à cette maladie que la psychiatrie n’a pas encore pu tout à fait définir. La folie reste un mystère, indéfinissable, abstrait, aussi structuré qu’imprévisible.

Note d'intention par Monica Mojica

Le thème de la folie n’a de cesse de nous interroger et de tirer hors de ses limites le processus créatif. Une fois de plus source d’inspiration, ce thème est pour moi le moteur d’un nouveau projet dont l’intention est de donner la parole à la folie (la folie parlant en son « nom » propre : Le spectateur ne peut être dans l’attente que la malade cesse d’être « folle », car la « normalité » attenterait à sa propre existence).
Trois de ses textes La Malcastrée, J’ai tué Emma S, et La Loméchuse sont la matière première de cette mise en scène qui veut faire entendre cette voix.
L’écriture d’Emma Santos est composée d’une matière puissante, poétique et crue. Matière à l’état brute, noire et lumineuse.
L’espace de la structure mentale d’Emma Santos se manifeste dans un dispositif abstrait, atemporel, dans une atmosphère surréaliste et onirique. La pièce s’appuie sur cette dimension qui appartient à l’univers de l’inconscient où réel et irréel cohabitent.
Comme dans un puzzle, les scènes fragmentées s’imbriquent à des moments inattendus. Scènes hallucinatoires, discontinues et scènes « linéaires », se chevauchent, prenant sens au sein même de l’absurdité.
Ce n’est pas une histoire, pas de chronologie possible… Ça « dérape », quitte la dimension de mots pour celle du silence, du geste, du vide, frôle le précipice jusqu’à la déchirure qui révèle aussi l’humour, le mouvement, la musique.
Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une expérience sensorielle où chacun des sens sollicités « déborde ». Ce qui est en effet visé est « le partage » des sens entre eux, dans l’abolition des frontières qui peuvent les séparer.

Production / Cie Horizontal - Vertical . Coréalisation / Le Colombier (Bagnolet). Avec le soutien de la Ménagerie de verre dans le cadre des Studiolab.

ÉVÉNEMENTS / En Entrée libre

 

Samedi 11 Février à 16h

Autour de l'auteur

Discussion autour de son oeuvre littéraire et projection de ses dessins, avec : Elsa Poverel (Doctorante en littérature contemporaine à l'université Sorbonne Nouvelle. Ses recherches portent sur l'oeuvre d'Emma Santos, et se situent au croisement entre littérature et psychanalyse). Et l'équipe du spectacle.