Saison 2012/2013

LES 29 ET 31 MAI 2013 / Parcours public festif et gratuit

 

© Irving Penn

LABORATOIRE DES
AUTEURS-METTEURS EN SCÈNE
 

La notion de groupement implique de nous associer aux tentatives qui jalonnent le parcours de plusieurs créateurs. Et de rendre possible l'identification de ces potentiels artistiques avec le public lors des premières représentations. Dans l'engagement qu'appellent ces nouvelles écritures, induire chez le public une curiosité. Et créer de nouvelles passerelles entre la littérature et la scène. Puis plus largement, faire participer le public à ces champs d'expression, à ces processus d'identification singuliers ou collectifs.

MERCREDI 29 MAI à 19H / AUDE SABIN - LECTURE

© DR

En partenariat avec Le Colombier, la Cie la Pierre Blanche présente

J.h Cherche Fusil

De Aude Sabin
 
Lecture dirigée par Aude Sabin
 
Distribution Elise Bertero, Nicolas Gaudart, Geoffroy Barbier, Fabienne Margarita et Stéphane Hervé
Omniscient Lorenzo Jauneau
 
 

« Eh vous, c'est vous l'annonce ? […] ''J.h. Cherche fusil pour mettre un terme à ses envies et dire Good bye à chienne de vie''. C'est bien vous ça ? {…] Je peux vous aider... »

J. h. cherche fusil est une tragédie contemporaine, absurde et grinçante. Une tragédie des relations humaines ratées, avortées ou simplement usées. J.h. raconte la difficulté de l’Être et de l’Autre. Il s’agit de remettre au centre des questions aussi simples mais essentielles que cela : « Quelle est ma place ? Quel chemin prendre ? Où se trouve mon véritable désir ? Ma vie, unique et seule, comment la mener ? »

Pas de raison dans J.h. La pièce forme un patchwork de séquences d’existence qui ne suit ni ordre ni logique, qui se trouve hors temporalité. Nous sommes dans l’évocation, la suggestion. Nous nous rapprochons plus du rêve et du cauchemar que d’une reconstitution des faits : toute l’histoire après tout ne pourrait être que le fruit de l’imagination d’un personnage. Et n’est-ce pas ce qu’elle est d’ailleurs ?

 

MERCREDI 29 MAI à 21H / Manuel Ulloa-Colonia - LECTURE

© DR

En partenariat avec Le Colombier, la Cie Le Miroir qui fume présente

« COMALA » - Extraits

 
D'après le roman Pedro Páramo, de Juan Rulfo
Traduction de Gabriel Iaculli (© Editions Gallimard, 2005)
 
Adaptation et mise en voix Manuel Ulloa-Colonia
Avec Leticia Gutiérrez, Sofîa López et Manuel Ulloa-Colonia
 
 

Pedro Páramo a d'abord été lu comme un exemple de la meilleure littérature " indigéniste ". Mais les innovations qu’il présentait au moment de sa publication sur le plan des thèmes, du style et de la construction narrative, ont valu au roman une place singulière dans les lettres mexicaines, puis universelles.

Un des aspects les moins explorés de l’écriture de Juan Rulfo est celui de la sonorité de ses textes. L’importance que Juan Rulfo accorde à l’univers sonore dans lequel se déroulent ses fictions, et au rythme dans la construction de ses phrases, font de lui un auteur plus auditif que visuel. On entend ses textes beaucoup plus qu’on ne les voie.

La compagnie Le Miroir qui Fume oeuvre au repérage et au questionnement des écritures contemporaines, à la diffusion en France d'un nouveau répertoire théâtral mexicain à travers ses créations et ses propres éditions, ainsi qu’à l'introduction au Mexique des auteurs vivants français. À l’occasion de cette lecture, Manuel Ulloa-Colonia proposera une découverte de son catalogue consacré au théâtre mexicain.

Production / Le Miroir qui fume. Création prévue pour la saison 2013/2014. La Cie Le Miroir qui fume est soutenue par la ville d'Aubervilliers.

 

VENDREDI 31 MAI à 16H / Claire Barrabes - LECTURE

© DR

En partenariat avec Le Colombier, le collectif Les Routiers présente

« Dis Camion ! »

De Claire Barrabes
 
Lecture dirigée par Sidney Ali Mehelleb
 
Distribution Sidney Ali Mehelleb, Sofiane Mehelleb, Claire Barrabes, Angélique Deheunynck et Charlotte Montoriol
 

HISTOIRE DE…

CAMIONNETTE : petit camion automobile dont la charge utile ne dépasse pas 1500KG ; permettant de vivre ou dormir dedans.
MAYA : 43 ans. Mexicaine. Mère de 3 enfants. Héroïne ordinaire. Permis B.
CIUDAD JAUREZ-MEXIQUE : de 1993 à juin 2008, 1653 cadavres de femmes ont été retrouvés. 2000 disparues. Les femmes entre 13 et 25 ans sont les plus exposées. 175 cadavres n’ont pu être identifiés : corps trop abîmés. Novembre 2005, 28 femmes ont été assassinées. Etat condamné par la cour interaméricaine des droits de l’homme ; réponse de la justice mexicaine : violences et assassinats dus à des problèmes interfamiliaux.
FORUM-USA : lieu où les éditeurs envoient des « écouteurs », prêtant leurs oreilles pendant une durée limitée (4min), aux récits d’histoires vécues de parfaits anonymes prêts à tout pour vendre leurs plus intimes secrets, fantasmant leur vie en best-seller ou en feuilleton télé, voir en films produits par la Warner.

Ce texte est lauréat du CNT ( Décembre 2012 - section Encouragements ). Projet co-produit par la Cie RL. En résidence 2013 au CDNA de Grenoble.

 

VENDREDI 31 MAI à 20H30 / David Desoras - LECTURE

© DYProcess

En partenariat avec Le Colombier, Vivacte présente

« SANGUE NA GUERRA/GUELRA/GUERRA »

 
De Fernando Giestas
Texte traduit par les élèves de l'Université de Porto sous la supervision d'Alexandra Moreira da Silva
 
Lecture sur scène conçue par David Desoras
Avec Yves Chedemois et Elise Roth
 

Mon fils me demandait :
Ils viennent d’un pays où il n’y a que des hommes ?
Il ne voyait que des hommes arriver.

Un homme venu de l'autre côté de la mer, une femme, et la guerre au milieu : une mémoire collective s'énonce à travers eux, mais leur approche diverge radicalement ; est-ce que c'est un dialogue ? Un espace se crée entre eux, dont nous voyons les deux discours tracer les frontières comme deux rails, si tant est qu'ils puissent constituer une voie... si " les murs de la séparation n'arrivent pas jusqu'au ciel ".

Tous sur le bateau.
Des hommes d’un côté.
Des hommes de l’autre.
La mer d’un côté.
La mer de l’autre.
Le monde, c’était ça.

EM MARCHA #02 par DYProcess

Em marcha est un rendez-vous itinérant conçu par l'équipe artistique DYProcess afin de présenter en France des auteurs dramatiques portugais vivants. La toute première édition a pu se tenir avec succès au Colombier en janvier 2013 autour du texte Déjà vu de Paulinho Oliveira.

Fernando Giestas est auteur et co-fondateur de l'association culturelle Amarelo Silvestre et de la compagnie professionnelle Magnolia Teatro, implantées dans la région de Viseu. Il a notamment écrit Mar Alto Atrás da Porta créé à São Paulo en mars 2013, João Torto créé en au Théâtre National Dona Maria II de Lisbonne en 2012, et Raiz de Memória ( 2012 ), Sonhos Rotos ( 2011 ), Mulher Mim ( 2010 ), Mexe-te ! ( 2008 ).

Docteur en Études Théâtrales (Université de Paris III / Université de Porto), Alexandra Moreira da Silva est professeur à la Faculté de Lettres de l’Université de Porto. Elle a traduit vers le portugais notamment Bernard-Marie Koltès, Jean-Pierre Sarrazac, Ronan Chéneau, Jean-Luc Lagarce, Marguerite Duras. Vers le français, elle a traduit Pedro Eiras, Abel Neves, Camilo Pellegrini, Miguel Castro Caldas, José Maria Vieira Mendes, Jacinto Lucas Pires et Jaime Rocha.